• Henri Boillot

    Nous avons vu que Gilbert Henri Victor Boillot est né à Dijon le 13 janvier 1840. Rappelons qu'il est le fils de Thomas Gilbert (dit Gilbert) et d'Anne Drouaillet. Son acte de naissance figure ci-après.

    Henri Boillot Naissance

    Henri Boillot Naissance

     - o -

    Nous l'appellerons dorénavant Henri, son prénom d'usage. Nous le retrouvons avec ses parents à Artonne lors du recensement de 1851. Il a alors 11 ans. Il ne figure plus avec eux au recensement suivant en 1856. A 16 ans est-il en internat dans une école supérieure ou un lycée, à Clermont ou ailleurs ?

    Nous retrouvons sa trace le 10 août 1878 à Brécy dans le Cher (18)  où il épouse, à l'âge de 38 ans Solange Pivet, 28 ans née le 18/04/1850 à Etréchy (Cher). Les parents de la mariée, Louis et Hélène Moreux, sont tous les deux journaliers à Etréchy lors de sa naissance ; Louis est cantonnier lors du mariage de sa fille.

    Henri Boillot - Solange Pivet Mariage

    Plusieurs points sont à relever sur ce document. Tout d'abord les parents du marié sont absents, ils se sont contentés de donner leur accord par acte passé devant Me Coupelon, notaire à Clermont-Ferrand. Ensuite Henri Boillot est réputé exercer la profession de courtier à Chartres (Eure-et-Loir). Enfin il n'y a pas de contrat de mariage, ce qui est plutôt rare à l'époque.

    Je n'ai trouvé trace d'aucun enfant issu de ce mariage.

    Henri Boillot ne devait pas avoir une santé très solide, ce qui l'amène à établir un testament le 27 novembre 1883 à Clermont-Ferrand. Il habite alors cette ville, 27 rue Blatin, où il dit être rentier. 

    Ce testament est ainsi rédigé :

    Je soussigné Boillot Gilbert Henri Victor, rentier demeurant à Clermont Ferrand 27 rue Blatin, département du Puy de Dôme jouissant de l'entière possession de mes facultés mentales institue par les présentes Pivet Solange, ma femme légitime suivant l'acte civil dressé le dix août mil huit cent soixante dix huit pardevant M. le maire de la commune de Brécy département du Cher, ma légataire universelle. Je lui donne la nue propriété, pour qu'elle en jouisse à son gré, du mobilier qui garnira notre demeure commune, tel qu'il se comportera, sans en rien distraire, le jour de mon décès. 

    Je lui donne en outre l'usufruit en entier pendant sa vie durant de toute ma fortune immobilière ; elle devra toutefois réaliser immédiatement après mon décès une somme suffisante pour subvenir aux frais de ma maladie, à l'enterrement à la concession et autres frais accessoires.

    Je mets, comme condition de ma donation, condition expresse, mon testament deviendrait nul si elle n'était pas exécutée, que ma veuve ne se remarie pas.

    Fait à Clermont Ferrand, écrit de ma main le vingt sept novembre mil huit cent quatre vingt trois.

    Signé Boillot

    Article additionnel - A la mort de ma femme elle disposera de notre fortune à son idée

    Signé Boillot

    - o -

    Henri Boillot décède à Brécy le 9 mars 1891, à l'âge de 51 ans. Son acte de décès figure ci-après.

    Henri Boillot décès

     - o -

    Vous trouverez ci-après une lettre de Me Loiseau, notaire, datée du 23 mars 1891.

    Etude de Me LOISEAU, Notaire aux Aix-d'Angillon (Cher)

    Les Aix, le 23 Mars 91

    Monsieur,

    Par ordonnance de M le Président du tribunal civil de Bourges, j'ai mis au rang de mes minutes le testament de monsieur votre fils. Je vous donne ci-joint la copie de ce testament. Il n'est pas rédigé très clairement, mais selon moi il en résulte d'une façon formelle que madame Boillot est légataire en toute propriété de l'universalité de la succession, puisque M Boillot ne possédait pas d'immeubles.

    Seulement vous avez droit vous et madame Boillot votre épouse à la nue propriété de la moitié de la succession de votre fils, mad Boillot épouse du défunt ayant droit à l'usufruit de cette moitié tant qu'elle ne se remariera pas.

    Il faudra que vous fassiez et Madame Boillot la délivrance de son legs. Si vous venez avec Mad Boillot votre femme pour le service de quarantaine de votre fils je profiterai de votre séjour à Brécy pour aller vous y faire signer cette délivrance de legs. Si vous veniez seul, je vous prierai de vous munir de la procuration de votre femme.

    Madame Boillot m'a déclaré qu'elle était marié sans contrat, que son mari ne possédait pas d'immeubles lors de son mariage et que depuis le mariage il n'avait pas recueilli de succession ni de donation immobilière. Tout l'avoir de M et Mad Boillot est donc commun.

    D'après la déclaration de Mad Boillot cet avoir est d'environ 12000 Fr dont 6000 appartiendraient à Mad Boillot comme communs et 6000 dépendraient de la succession de M Boillot, moitié de ces derniers 6000 soit 3000 reviendraient en toute propriété à Mad Boillot et elle aurait en outre droit à l'usufruit des autres 3000, le tout en vertu du testament. Et vous auriez ainsi que Mad Boillot votre femme la nue propriété des 3000 dont Mad Boillot jeune a l'usufruit. Je dis trois mille francs mais ce n'est pas exact, car sur les 6000 dépendant de la sson de M votre fils il y aura à prélever les frais des funérailles, services etc.

    Vu le peu d'importance de la succession, Mad Boillot vous prie de vouloir bien lui abandonner la nue propriété dont vous avez la réserve.

    En outre comme après prélèvement des frais de toute sorte qu'elle a et aura à payer il lui restera à peine 9000 Fr ce qui produira à peu près 300 Fr d'intérêts somme insuffisante pour vivre même très modestement, elle m'a prié de vous demander si vous ne pourriez, par souvenir de votre fils, lui faire une petite pension qui pourrait lui permettre de vivre.

    Je vous prie d'agréer monsieur, l'expression de ma parfaite considération.

    Loiseau

    Je vous prie de vouloir bien me répondre et je me mets à votre entière disposition pour tous renseignements que vous pourriez désirer.

     - o -

    Au termes de plusieurs semaines qu'on imagine un peu tendues et de plusieurs échanges de lettres avec le notaire que je vais vous épargner, Il a été procédé à un inventaire de la succession d'Henri Boillot d'où il ressort, par un acte daté du 24 juillet 1891, que l'actif net de ladite succession s'élève à 54769,69 Fr. La moitié de cette somme, soit 27383,84 Fr revient à la veuve en pleine propriété, et l'autre moitié revenant à la succession, soit 12873,77 pour la veuve et autant pour les parents d'Henri (c'est-à-dire Gilbert Boillot et Anne Drouaillet) en nue propriété.

    Pour la petite histoire le portefeuille d'Henri Boillot était composé d'obligations de 500 Fr au porteur 3 pour cent des chemins de fer de L'Ouest

     - o -

    Solange Pivet, la veuve d'Henri Boillot, est décédée le 6 mai 1901 à Brécy. Son acte de décès figure ci-après.

    Solange Pivet Décès

    Solange Pivet Décès

    Elle avait 51 ans et ne s'était pas remariée (elle est morte curieusement au même âge que son mari). Elle a donc bénéficié jusqu'à sa mort de l'usufruit des titres de feu son mari. Gilbert Boillot (le père d'Henri) étant décédé depuis 1894, Maître Loiseau a prévenu Anne Drouaillet sa veuve et mère d'Henri, par lettre du 12 mai 1901, et le 16 elle avait récupéré la totalité des titres (nue propriété +usufruit) qui avaient fait l'objet du partage de 1891 lors du décès de son fils Henri.

    Vous voyez que quand les notaires veulent ils peuvent faire vite !!!

     - o -

     Cliquez sur le lien pour la page suivante un-rentier-a-artonne

    « Marchand de couleurs à DijonUn rentier à Artonne »

  • Commentaires

    1
    michèle
    Jeudi 8 Mars à 20:47

    Coucou !

    Je ne suis pas certaine de tout comprendre : tu écris "Gilbert Henri Victor Boillot né à Dijon en 1840...", tu l'appelles "Henri son prénom d'usage". Il épouse donc Solange Pivet, puis meurt à 51 ans, ils n'ont pas d'enfant. Elle hérite d'Henri à condition de ne pas se remarier, puis elle meurt à son tour, au même âge apparemment que son mari, 51 ans. Tu écris : "Gilbert Boillot étant décédé depuis plusieurs années, Maître Loiseau a prévenu Anne Drouaillet sa veuve, par lettre du 12 mai 1901". Gilbert et Henri = une seule et même personne ? Et d'où sort Anne Drouaillet, sa veuve ? et la veuve de qui ?

    Mais peut-être que j'ai raté un épisode...

    Bises,

    Michèle

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :